• Tag poésie

    Résultats pour la recherche du tag poésie :
  •   LE JARDIN ET LA MAISON Voici l'heure où le pré, les arbres et les fleurs Dans l'air dolent et doux soupirent leurs odeurs. Les baies du lierre obscur où l'ombre se recueille Sentant venir le soir se couchent dans leurs feuilles, Le jet d'eau du jardin, qui monte et redescend, Fait dans...

    Lire la suite...

  •   UN HOMME QUI PLEURE   Le ciel était bleu et dans cette mer sage Les nuages traînaient de longs sillons d'écume, L'air doux et parfumé caressait mon visage Soudain je l'ai vu, il pleurait là, sur le bitume. Son chagrin semblait fort mais était silencieux Pas une plainte, pas un...

    Lire la suite...

  • A BIEN REGARDER LES NUAGES A bien regarder les nuages, On peut voir des milliers d'images, Fantastiques et irréelles, Éphémères, étranges , et belles. Un visage de vieillard, Un dieu menant son char, La mer et la montagne, Une coupe à champagne. Puis les formes se fondent, En...

    Lire la suite...

  • A PORTÉE DE MAIN Recevoir un sourire, Et savoir s'en réjouir, S'émouvoir d'une rose, Au jardin, juste éclose. Contempler les oiseaux, Voler toujours plus haut. Tant de petits bonheurs, juste à portée de main. Se sentir libre et insouciant, Les tous premiers jours de printemps....

    Lire la suite...

  •       PARFUMS DE LILAS Je rêve de terres lointaines Où le soleil ne brûle pas, Où dans la mousse des fontaines Éclosent d'étranges lilas Dont la prodigue inflorescence A travers l'eau d'un arc-en-ciel S'irise de parme et de miel Sous des lueurs d'incandescence. Fraîche est la...

    Lire la suite...

  •   LA LUNE La lune est de mes nuits la tendre souveraine Donnant à mon visage un teint de porcelaine Capricieuse elle m'arrache à mes heures de sommeil Imposant à mon âme de longs instants de veille Envoûtée je me lève et vais à ma fenêtre Derrière un gros nuage elle...

    Lire la suite...

  •       LA VIEILLE ÉCHELLE Gisant à plat dans la pierraille, Veuve à jamais du pied humain, L'échelle, aux tons de parchemin, Pourrit au bas de la muraille. Jadis, beaux gars et belles filles, Poulettes, coqs, chats tigrés Montaient, obliques, ses degrés, La ronce à...

    Lire la suite...

  •       LA BONNE CHIENNE Les deux petits jouaient au fond du grand pacage ; La nuit les a surpris, une nuit d'un tel noir Qu'ils se tiennent tous deux par la main sans se voir L'opaque obscurité les enclot dans sa cage. Que faire ? les brebis qui paissaient en bon nombre, Les...

    Lire la suite...

  •         Le cri du cœur   Rondement, Mathurin Mène dans sa carriole La Dame qui s'affole De filer d'un tel train. Elle crie au trépas ! Le vieux dit : " Not' maîtresse N'soyez point en détresse Puisque moi j'y suis pas. Si y'avait du danger Vous m'verriez m'affliger Tout...

    Lire la suite...

  •                 Aubade L'aube est bien tardive à naître, Il a gelé cette nuit ; Et déjà sous ta fenêtre Mon fol amour m'a conduit. Je tremble, mais moins encore Du froid que de ma langueur ; Le frisson du luth sonore Se communique à mon cœur. Ému comme un petit page,...

    Lire la suite...